David Evrard

  • The spirit of ecstasy

    David Evrard

    « Spirit of Ecstasy est un roman où tout est raconté comme un long trip d'acide où se mélangent les lieux, les époques, les personnages, les choses rêvées et les choses vécues, et où les gens se réveillent simplement pour aller voir le lever du soleil. Le livre semble avoir été construit à partir de visions. C'est rose et orangé et mauve et scintillant. Il y a de la fumée, des formes géométriques planantes, de la danse, du sexe, et du rythme. Des uppercuts et des swings. Il est difficile de renouer avec la chronologie, et on aurait presque besoin d'une carte pour s'y retrouver. Spirit of Ecstasy est un roman écrit par David Evrard qui nous livre son expérience joyeuse des expositions. C'est même une grande exposition qui constitue le noyau dur du récit, avec un curateur fou aux dents de cuivre qui n'organise d'ailleurs rien du tout, et des artistes qui parlent, qui s'amusent, et qui construisent des espaces et des formes. ».
    Jill Gasparina

  • 1940, l'armée nazie a envahi la Pologne. À Varsovie, les Juifs de la ville ont été parqués dans le ghetto : un quartier entier entouré de murs. Quiconque tente de s'en échapper est abattu sans sommation ; les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du département d'aide sociale. Parmi eux, Irena vient tous les jours apporter vivres et soutien à ceux qui sont enfermés dans cet enfer et qui souffrent de maladies et de malnutrition. Ici, tout le monde la connait, les enfants l'adorent. Car Irena est un modèle de courage : elle n'hésite pas à tenir tête aux gardiens, à faire toujours plus que ce qu'autorise l'occupant nazi. Le jour où, sur son lit de mort, une jeune mère lui confie la vie de son fils, Irena se met en tête de sortir clandestinement les orphelins du ghetto. Pour que l'innocence soit épargnée de la barbarie, elle doit être prête à risquer sa vie.

    Décédée en 2008, déclarée Juste parmi les nations en 1965, Irena Sendlerowa, résistante et militante polonaise, fut l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre Mondiale, sauvant près de 2500 enfants juifs du ghetto de Varsovie. Et pourtant elle est oubliée des livres d'Histoire... C'est en lisant par hasard un article sur elle que Jean-David Morvan a eu le déclic : sa vie devait être racontée. Avec Séverine Tréfouël et David Evrard, il retrace sur trois albums le combat humaniste de cette « mère des enfants de l'Holocauste. » Porté par un dessin d'une grande sensibilité, Irena réussit le tour de force de parler sans lourdeur d'un sujet fort, poignant et profondément actuel... Toucher, émouvoir, parler d'hier pour raconter aujourd'hui...

  • L'héroïsme est le combat de tous.

    1983, Jérusalem. Voilà 18 ans qu'Irena a été reconnue Juste parmi les nations par le peuple d'Israël. Pour autant, ce n'est qu'aujourd'hui qu'un arbre est planté en son honneur à Yad Vashem... Une reconnaissance tardive qui vient permettre à cette femme humble de continuer le récit de sa vie héroïque. Les derniers mots de son histoire sont dédiés au docteur Janusz Korczak qu'elle a connu, médecin et écrivain polonais qui a délibérément choisi d'accompagner les enfants de son orphelinat au camp de Treblinka...

    Découvrez la conclusion émouvante de cette série poignante et d'utilité publique : le destin hors-norme de l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale. Ce cinquième volume est préfacé par Marek Halter.

  • L'histoire vraie d'une héroïne oubliée.

    1940, l'armée nazie a envahi la Pologne. À Varsovie, les Juifs de la ville ont été parqués dans le ghetto : un quartier entier entouré de murs. Quiconque tente de s'en échapper est abattu sans sommation ; les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du département d'aide sociale. Parmi eux, Irena vient tous les jours apporter vivres et soutien à ceux qui sont enfermés dans cet enfer et qui souffrent de maladies et de malnutrition. Ici, tout le monde la connait, les enfants l'adorent. Car Irena est un modèle de courage : elle n'hésite pas à tenir tête aux gardiens, à faire toujours plus que ce qu'autorise l'occupant nazi. Le jour où, sur son lit de mort, une jeune mère lui confie la vie de son fils, Irena se met en tête de sortir clandestinement les orphelins du ghetto. Pour que l'innocence soit épargnée de la barbarie, elle doit être prête à risquer sa vie.

    Décédée en 2008, déclarée Juste parmi les nations en 1965, Irena Sendlerowa, résistante et militante polonaise, fut l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre Mondiale, sauvant près de 2500 enfants juifs du ghetto de Varsovie. Et pourtant elle est oubliée des livres d'Histoire... C'est en lisant par hasard un article sur elle que Jean-David Morvan a eu le déclic : sa vie devait être racontée. Avec Séverine Tréfouël et David Evrard, il retrace sur trois albums le combat humaniste de cette « mère des enfants de l'Holocauste. » Porté par un dessin d'une grande sensibilité, Irena réussit le tour de force de parler sans lourdeur d'un sujet fort, poignant et profondément actuel... Toucher, émouvoir, parler d'hier pour raconter aujourd'hui...

  • L'histoire vraie d'une héroïne oubliée.

    1947. Bien que l'Allemagne nazie soit tombée, le cauchemar pour les Juifs d'Europe n'est pas terminé. Persécutés par les communistes, abandonnés par les Alliés, leur route vers la terre promise d'Israël a encore des allures de long calvaire... Cette réalité, la jeune Oliwka la découvre brutalement lorsqu'on lui apprend qu'elle avait été confiée, encore bébé, à une famille adoptive pendant la guerre. Que sa véritable identité avait été changée pour échapper aux nazis. En réalité, elle s'appelle Astar Berkenbaum. Elle est juive. Et comme des milliers d'enfants, elle ne doit la vie sauve qu'à une femme : Irena Sendlerowa.

    Série poignante et d'utilité publique, Irena nous raconte le destin hors-norme de l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale. Ce troisième et dernier volume nous raconte la fin de son enfer en prison, mais aussi le début d'un autre combat : celui pour le salut de ses enfants au sortir de la guerre.

  • Le combat continue...

    Nous sommes en 1983 à Yad Vashem, au mémorial de la Shoah à Jérusalem. Irena a enfin été autorisée par les autorités communistes Polonaises à venir planter son arbre dans l'allée des Justes parmi les nations. 18 ans après avoir été honorée. C'est ici qu'elle rencontre une jeune femme qu'elle a sauvée, et sa petite fille. Irena leur raconte son histoire, son retour de l'enfer de la torture en 1944, à Varsovie, la fin de la guerre... et le début d'un autre combat.

    Les auteurs poursuivent cette série poignante et d'utilité publique : le destin hors-norme de l'une des plus grandes héroïnes de la Seconde Guerre mondiale.

  • Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire ! Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de points communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max ! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit ?

  • Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire ! Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de points communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max ! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit ?

  • Les jeunes lecteurs vont avoir le plaisir de découvrir les aventures de Max et Bouzouki au fil de 32 pages de gags courts et faciles à lire.
    Chaque petit lecteur pourra se reconnaître dans les récits des 2 amis complices et inséparables. Il suffit de regarder la petite famille sympathique de Max ! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit ?

  • Au fil de 32 pages de gags courts et faciles à lire, cette BD « première lecture » propose à l'enfant de rire et de rêver aux aventures de deux amis complices et inséparables : Max, le petit garçon trop marrant, et Bouzouki, son gros chien trognon.
    En lisant ces gags, le jeune lecteur traversera les quatre saisons au rythme d'une année scolaire riche d'émotions. Il partagera la rentrée des classes, les fêtes d'anniversaire, la chute des feuilles, la fête de Noël, les leçons de calcul, les petites et grosses bêtises, les vacances à la mer.

  • Ces albums sont des outils idéaux pour donner le goût de la lecture à nos enfants.
    Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les récits illustrés permettent quant à eux à l'enfant d'apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire?!
    Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de point communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max?! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit??

  • Ces albums sont des outils idéaux pour donner le goût de la lecture à nos enfants.
    Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les récits illustrés permettent quant à eux à l'enfant d'apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire?!
    Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de point communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max?! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit??

  • Ces albums sont des outils idéaux pour donner le goût de la lecture à nos enfants.
    Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les récits illustrés permettent quant à eux à l'enfant d'apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire?!
    Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de point communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max?! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit??

  • Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Trois petites histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent bien car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les histoires courtes sont suivies de trois récits illustrés afin que l'enfant puisse apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire !
    Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de points communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max ! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit ?

  • Cet album est un outil idéal pour donner le goût de la lecture à nos enfants.
    Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Trois petites histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent bien car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les histoires courtes sont suivies de trois récits illustrés afin que l'enfant puisse apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire !

  • Cet album est un outil idéal pour donner le goût de la lecture à nos enfants.
    Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Trois petites histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent bien car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les histoires courtes sont suivies de trois récits illustrés afin que l'enfant puisse apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire !

  • Cet album est un outil idéal pour donner le goût de la lecture à nos enfants. Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres. Trois petites histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent bien car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les histoires courtes sont suivies de trois récits illustrés afin que l'enfant puisse apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension. Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire !

  • Cet album est un outil idéal pour donner le goût de la lecture à nos enfants.
    Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Trois petites histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent bien car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les histoires courtes sont suivies de trois récits illustrés afin que l'enfant puisse apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire !
    Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de point communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max ! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit ?

  • Ces albums sont des outils idéaux pour donner le goût de la lecture à nos enfants.
    Les inséparables Max et Bouzouki se racontent en six petites histoires, plus drôles les unes que les autres.
    Histoires en BD auxquelles les enfants adhèrent car les dessins les racontent d'eux-mêmes. Les récits illustrés permettent quant à eux à l'enfant d'apprendre à décoder le texte. Des illustrations et une mise en page dynamique facilitent la compréhension.
    Se plonger dans Max et Bouzouki, c'est découvrir le plaisir de lire?!
    Le héros ou l'héroïne d'un récit a souvent beaucoup de point communs avec le jeune lecteur. Il suffit de regarder la petite famille de Max?! Mais les histoires de Max et Bouzouki font aussi rêver : quel enfant ne désirerait pas avoir un chien pour ami, et, mieux encore, un chien qui peut dormir dans son lit??

  • Au fil de 32 pages de gags courts et faciles à lire, cette BD « première lecture » propose à l'enfant de rire et de rêver aux aventures de deux amis complices et inséparables : Max, le petit garçon trop marrant, et Bouzouki, son gros chien trognon.
    En lisant ces gags, le jeune lecteur traversera les quatre saisons au rythme d'une année scolaire riche d'émotions. Il partagera la rentrée des classes, les fêtes d'anniversaire, la chute des feuilles, la fête de Noël, les leçons de calcul, les petites et grosses bêtises, les vacances à la mer.

  • En plus de deux cents oeuvres, cette monographie de référence de l'artiste peintre américaine plonge au coeur des fondamentaux de sa peinture, fortement imprégnée des notions de temps, de profusion, de systématisation et d'attachement, mêlant l'intime, le kitsch, la répétition et la dissemblance.

    Publié suite à l'exposition éponyme au Confort Moderne, Poitiers, du 28 mai au 24 août 2014.

    L'oeuvre de Ann Craven trouve sa place dans la réflexion de certains artistes américains d'aujourd'hui, tels Wade Guyton, Kelley Walker ou Josh Smith, qui exploitent les potentiels de la surface, et intègrent non seulement la saturation de l'image du monde contemporain, mais aussi les erreurs ou les accidents que la reproduction à l'infini génère immanquablement. Son oeuvre est également emprunte d'une grande intériorité spirituelle, une façon d'harmoniser sa pensée, son corps, sa respiration, à une pratique picturale d'une rigueur presque obsessionnelle. Ainsi, bien que l'oeuvre s'en distingue formellement, Ann Craven reconnaît l'influence d'artistes tels que Vija Celmins, Allan McCollum ou encore Agnes Martin dont l'exigence de précision dans la pratique artistique est inséparable du rythme physiologique de leur vie.
    Ann Craven est peintre, fondamentalement. Elle peint la lune. Parfois aussi des oiseaux, des fleurs, des biches, ou des bandes de couleur diagonales. Elle peint 400 lunes, non pas comme un éphéméride, mais comme si la lumière pâle de ce visage éternel appelait des êtres chers, lointains ou disparus, dans une rêverie nocturne où le pinceau serait maître de cérémonie. Les oeuvres portent silencieusement cette charge affective. Puis l'artiste recopie ces mêmes lunes, pour tordre le cou à la revendication persistante de la peinture qui veut toujours faire son originale. Elle peint des sujets désuets, car elle connaît la puissance symbolique des images qui nous accompagnent, même parmi les plus insignifiantes : les images sans contenu que nos grand-mères gardent sans raisons véritables, les bons-points que l'écolier punaise fièrement dans sa chambre. Ses séries d'oiseaux ou de fleurs déclinent sans fin le rapport essentiel de la peinture entre le fond et la forme, la vibration de couleurs éblouissantes comme autant de signes du temps. Lorsqu'une couleur est appliquée, Ann Craven trace une diagonale sur une autre toile, mélangeant son pinceau à sa palette, sa palette qui elle-même est une toile. Rien ne se perd, tout «?fait peinture?», et toute peinture est d'égale importance à ses yeux, qu'elle soit copie, originale, support de couleur, bandes abstraites, oiseau sur la branche.

empty