Futuropolis

  • Le 7 janvier 2015, le dessinateur Luz a perdu dans l'attentat commis Charlie Hebdo, des amis, mais aussi l'envie de dessiner. Alors que la France s'est rvle "Charlie", Luz redevient auteur. Au dbut, il y a le drame, la douleur, la rage, la perte. Et puis, petit petit, il y a le besoin de dessiner qui revient, l'envie non pas de tmoigner, mais de se mettre nu, de se librer. Alors nat Catharsis. Un livre thrapeutique o Luz nous livre par petites nouvelles ses penses, son quotidien depuis ce jour qui a boulevers sa vie, et une autre chelle, celle de millions d'tres humains. Les sentiments se bousculent, les styles, le ton. Du rire aux larmes, de la laideur la beaut, de la colre l'amour. Catharsis est un ouvrage bouleversant. Y a du Charlie dedans, bien sr, mais aussi y a du Charb, y a du Cabu, y a du sexe, y a de la musique, y a du Reiser, y a du Feiffer, y a du Franquin, y a la police, y a du rouge, y a l'enfance, y a du rire, y a pas de chanson franaise, y a du rock, y a du roll, y a des yeux rouges et y a du rire, y a un pigeon, y a de la posie, y a du Gb, y a de la pluie, y a du soleil. Y a un auteur qui revit, et un livre incroyable qui s'affirme dj comme un ouvrage ncessaire. Un classique instantan.

  • Alors âgé de 77 ans, Albert Cohen publie un livre qui révèle l'événement marquant qui a dévasté son enfance et marqué sa vie : sa découverte de l'antisémitisme. Le jour de ces dix ans (en 1905), le jeune Albert arpente les rues marseillaises à la recherche d'un petit cadeau pour sa mère. Il est fasciné par le bagout d'un camelot qui s'adressera pourtant à lui en le traitant de "sale youpin !". Les insultes antisémites résonneront pour toujours à ses oreilles. Dans ce livre intense, triste mais sans virer jamais au pessimisme, Albert Cohen déploie la beauté de son écriture lyrique pour montrer la violence de sa blessure enfantine. Un beau livre, malheureusement intemporel, qui fait réfléchir sur l'absurdité de toutes les formes de racisme et de discrimination. Plus de cent après les faits, Luz s'empare de ce récit autobiographique pour en donner une version illustrée poignante et inédite. Sans jamais trahir l'oeuvre de l'écrivain, il raconte l'intégralité de l'histoire mais ne garde du livre que le monologue destructeur du camelot et la puissance du texte des trois derniers chapitres, qui évoque les camps de la mort.

empty