Rando Editions

  • "Les Bardenas ? L'Arizona et le désert saharien à la fois, à cheval sur la Navarre et l'Aragon, à une soixantaine de kilomètres au sud de Pampelune et à une centaine seulement, mais à vol... de gypaète, des sommets basques de la chaîne pyrénéenne. Le vent et la pluie, sévissant sur ce monde d'argile, de marne et de grès, ont façonné des collines arides striées par mille ravines, sculpté des cheminées de fées géantes, creusé des barrancos brûlés par le soleil (Jacques Jolfre)." Si ce paysage est rude, il est aussi d'une beauté saisissante que ce guide, en quinze itinéraires praticables à pied et/ou à VTT, vous invite à explorer, sous le vol des vautours, de la Piskerra au Castillo de Penaflor, du Rallon à la Virgen del Yugo, à traverser même en 50km, du Monumento al Pastor à la ermita de Sancho Abarca.



    Randonner aux Bardenas, où paissent quelques moutons, où se dressent quelques épis de céréales, c'est se situer hors du temps, dans un espace aux dimensions insolites.

    C'est randonner hors les normes.

  • Au coeur du Parc naturel des Volcans d'Auvergne, au royaume de l'eau et du feu, le massif du Sancy séduit promeneurs et randonneurs. En professionnel affûté de l'accompagnement en montagne, Jean-Thierry Plane a sélectionné et décrit dix-huit parcours qui sont autant de clés pour découvrir un territoire riche de trésors naturels et culturels. Répartis en trois niveaux de difficulté, ils permettent une véritable progression dans la pratique de la marche. De volcan endormi en église romane ou en pierre dressée, les atouts et atours du Sancy vous donnent rendez-vous...

  • Dans ce guide, le choix a été fait de privilégier, parmi la très grande diversité de canyons possibles, ceux présentant des longueurs de rappel importantes. Ce sont verticalité et ses corollaires (matériel, manoeuvres, dangers spécifiques) qui retiennent l'attention et donnent le ton des descentes décrites. Autant dire que ces propositions de parcours nécessitent une bonne expérience du terrain et de l'équipement utilisé.

    Afin de suivre une progression, les problèmes allant généralement crescendo avec la hauteur, ces descentes de canyons sont classées selon les longueurs standard - 40 m, 50 m, 60 m, 80 m - des cordes de rappel que l'on trouve dans le commerce. La longueur des parcours est comprise entre 200 et 1300 m, les dénivelés s'étagent entre 110 et 500 m, le plus long rappel fait 80 m et le nombre maximal de rappels sur un parcours est de 18 !

    "C'est faire honneur aux montagnes que de les connaître dans leur entier, les parcourir en tous sens, connaître leurs moindres recoins. Or, dans ce registre, notre discipline est reine, et un monde nouveau s'est révélé à nous : vasques, cascades, chaos, étroits : que d'émotions et de sensations nouvelles nous ont été offertes !"

  • Complexité et beauté des formes ; camaïeu de bleus et reliefs entaillés, escarpés ; masses rocheuses d'un blanc éclatant. Odeurs de pinède, de ciste, de romarin ; mistral nettoyant le ciel, marin le brouillant. Garrigue et pins d'Alep ; aiguilles, éboulis, lapiaz, criques; calcaire fracturé il y a cinq millions d'années.



    Autant dire que randonner dans les Calanques, c'est s'aventurer sous le feu du soleil, tendre vers la turquoise ou l'outremer des eaux, éprouver ça et là le vertige, et aux mêmes lieux vérifier ce qu'aridité et isolement signifient. Entre mer et ciel, au royaume du minéral, marcher de la calanque de Port-Miou au sommet de Marseilleveyre, de la calanque de Sugiton au vallon du Piadon, du chemin du Centaure au col de la Selle ou au cirque des Walkyries, et même aux îles du Frioul, c'est épouser pour quelques heures la magnificence provençale, c'est recevoir - en cette lumière - suffisamment d'éclats de splendeur. C'est pénétrer l'harmonie du chaos...



    Patrick Mérienne a concocté le plus séduisant des passeports pour devenir un intime des Calanques : vingt-deux itinéraires s'étageant pour la plupart entre 2h30 et 3h00 de marche, entre 300 et 400 mètres de dénivelé.

  • Ludiques et humides : toute la sensualité des Pyrénées en un guide éclaboussant Inventée dans les Pyrénées, la descente des canyons se prête particulièrement bien à ces exercices que sont le Facile (ce n'est pas un gros mot), le Plaisant (notion oubliée), la Contemplation. Le contact avec l'eau, la roche, la lumière est simple, intense et immédiat. La haute montagne est un monde au-dessus du monde disait Gaston Rébuffat; que dire alors de notre propre domaine : gorges, cascades, biefs et chaos ? un monde à l'écart du monde ?



    On prendra donc ce guide comme une invitation à découvrir ou redécouvrir les montagnes pyrénéennes par d'autres sentiers, d'autres versants, d'autres failles. Pénéter l'intimité des barrancos, des oscuros et des étroits, se promener tranquillement les pieds dans l'eau, la tête au soleil, nager, buller et se satisfaire de ces plaisirs simples.



    Randonnées aquatiques : sans utiliser de rappels; accessibles à toute personne sachant faire quelques brasses. Canyons faciles : se munir de cordes et de baudriers; ne pas craindre de sauter. En prime, quelques bonus : ils réclament juste un peu plus d'énergie disponible...


    En ce monde où "jamais le spectacle de la nature sur la terre, étant devenu si rare, n'a été si poignant" (P. Quignard), il est peut-être temps de laisser tomber quelques valeurs obsolètes de surpassement et de domination (des autres, de soi, du milieu) pour profiter de "l'air qui s'apaise et se vêt de beauté et de neuve lumière" (F. Luis de Léon), pour partager émotions et balades.

  • Les Pyrénées ne sont pas que schistes, moraines ou amphithéâtres calcaires, estives ou forêts : on y compte 1 200 si ce n'est 1 500 lacs, étangs, estanys, ibones... En 54 itinéraires, tant en France qu'en Espagne, Jacques Jolfre, inlassable arpenteur de la cordillère, propose de partir à la découverte des plus beaux d'entre eux - d'une partie tout au moins... Jade, saphir, émeraude, noir, laiteux ; exposé sur un coussin de velours vert quand les versants sont herbeux, ou sur une fourrure claire quand le cirque est de granite : il est tant de lacs à visiter ! Au-delà de l'effort, par les fraîches senteurs du matin ou dans les perceptions délassées de la pause pique-nique, partout le randonneur saura prendre rendez-vous avec quelque chose qui a à voir avec la beauté.

  • De l'Atlantique à la Méditerranée, s'étirant sur près de 450 km en ligne assez droite, culimnant à 3404 m: les Pyrénées. D'un âge respectable (plus de 40 millions d'années), combinant granite, gneiss, calcaire et schiste, offrant au regard tantôt des cirques et des vallées en U, tantôt des sierras ou des plateaux fluvio-glaciaires, mais aussi plus de 200 sommets dépassant les 3000 m; peu avare en lacs (de l'émeraude au saphir), la cordillère permet à chacun d'assouvir son appétit de randonnées, de la simple promenade à la marche hors sentier vers les plus hautes cimes.

  • Découvrez Randonnées dans les Picos de Europa et sur la côte cantabrique, le livre de Alban Boyer. Cette région du nord de l'Espagne, proche de la côte cantabrique, est essentiellement composée de trois massifs calcaires (karst et lapiaz) traditionnellement appelés Occidental ou del Cornion, Central ou de los Urielles, et Oriental ou de Andara. Au nord de cette chaîne, la zone côtière comporte deux petites cordillères secondaires. Il s'agit de la sierra del Sueve et de la sierra de Cuera. A l'ouest on trouve les montagnes couvertes de forêts du Cordai de Ponga et du Parc naturel de Redes. A l'est se dressent les monts de la Pena Sagra, et au sud les montagnes de Riano et de Fuentes Carrionas. C'est l'ensemble de ce périmètre que l'auteur, en très bon connaisseur des lieux depuis un quart de siècle, propose de découvrir, à pied, en cinquante itinéraires méticuleusement décrits, des environs du sanctuaire de Covadonga aux sommets ceignant le cirque de Fuente Dé (et son téléphérique), en passant par le Desfiladero de los Beyos (entaille creusée par le rio Sella) et les falaises donnant sur l'Atlantique. Monfrechu, pica de Macondiu, Priniello et Mirador de Ordiales, Recuenco, pena Vieja et Coriscao, pico Pandian sont quelques-unes des destinations de ce guide, unique en son genre, seul outil d'accès à ces paysages spectaculaires à cheval sur le Leon, les Asturies et la Cantabrie.

  • Infatigable arpenteur de la chaîne pyrénéenne, défricheur d'itinéraires, Jacques Jolfre en propose aujourd'hui quarante-cinq visages nouveaux, aux noms de lacs, étangs, estanys (plus de soixante-dix en tout).

    Parcours solides, parfois d'un grand classicisme, parfois d'un intimisme tel que les noms en sont comme des révélations, ces descriptifs sont sertis dans la prose lyrique de l'auteur, homme d'images visuelles et langagières.

    Ce deuxième volume réservé aux lacs de toutes les Pyrénées vous conduira aussi bien au lac d'Er qu'à l'ibon de Ip, au lac de Héchempy qu'à l'étang du Laurenti, à l'estany de la Llosa qu'à l'ethan dera Solana.

    Destinations ludiques, photogéniques, inspirées, rassembleuses, les pièces d'eau de toutes tailles et de toutes couleurs de la cordillère constituent une marqueterie fluide et scintillante propre à capter tous les désirs de randonnées et à captiver toutes les attentions orientées vers les montagnes des Pyrénées-Atlantiques et de l'Aragon, de la Haute-Garonne et de l'Ariège ainsi que de la Catalogne espagnole.

  • Entre vos mains avant d'être sous vos spatules : soixante-dix itinéraires pour aller tutoyer - respectueusement - la montagne entre hiver et fin de printemps.
    Ils s'inscrivent dans un arc de cercle allant du Hautacam (pic de Méviste), à la Vallée du Bergons (pic de Las Escures) et se déploient autour des vallées des gaves (Bastan, gaves de Gavarnie, de Cauterets, de Labat, d'Azun). Il y en a pour tous les skieurs de randonnée ; des destinations faciles comme le pic Saint-André (dénivelé 800m, cotation ski S2) et des très difficiles comme le Balaïtous (1700 à 2000m, S3), voire TD + comme le Mailh Arouy (1650m, S5), en passant par des cotations PD (soum de la Yègue ; 950m, S2) et des cotations AD et D (pic d'Ardiden, 1600m, s ; Pourtère de l'Espagnol : 1400m, S4).
    Bien entendu, la connaissance de la montagne en conditions hivernales s'impose ; cette discipline exigeante et magnifique s'accommode mal de l'impréparation...

  • Découvrez Sur les chemins des légendes pyrénéennes, le livre de Francis Baro. Laminak, elfes, lutins, hadas (fées), mais aussi dragons, sorcières et sorciers, ou tout simplement hommes cruels peuplent et hantent (ont peuplé et hanté ?) les massifs pyrénéens. La belle idée de Francis Baro est de proposer une évocation d'un mythe, d'une légende, d'un conte épouvantable ou bien merveilleux et d'y associer une promenade ou une randonnée, sur les lieux où le récit en question prend racine.
    Sont ainsi associés le serpent à sept têtes et le sommet de la Rhune, le Jauna Gorri et l'Anie, les bergers inhospitaliers du village d'Iilhéou et le lac Bleu, la belle Hérodiade et le pic de Néouvielle, le vieil Antoine et l'étang d'Artax, le grand bouc noir et l'étang de Naguille, le combat des Géants et le col des Neuf Croix, la fée Losa Mora et les belvédères d'Andrebot, les Enchantés et le Monestero. Trente associations entre surnaturel et sentiers d'aujourd'hui, de la balade sans difficulté à la course en haute montagne, sont ainsi proposées.

  • Si les véritables via ferrata sont nées dans les Dolomites au cours de la Première Guerre mondiale, déjà en 1880 des crampons de fer avaient été installés dans une cheminée délicate du pic du Midi d'Ossau.

    A départ points d'aide métalliques fixés à demeure, bientôt rejoints par des passerelles, des ponts de singe ou népalais, des tyroliennes, les VF bien installées constituent d'admirables aides artificielles destinées à faciliter et à sécuriser la progression. Les ferrata modernes délaissent les faces empruntées par les grimpeurs; elles visent une combinaison de sensationnel et de ludique, mettant le vertige de la verticalité à portée d'effort du plus grand nombre.

    Ce guide rassemble quarante-deux VF, hors parcs d'aventure et excluant les voies à l'équipement obsolète, cotées de F (facile) à ED inf (extrêmement difficile inf). Chaque description est composée de l'accès routier, de l'accès pédestre au pied de la voie, du descriptif de la VF (assortie d'une photo avec superposition du parcours - ou d'une carte), du descriptif du retour. Elles sont situées Elles sont situées dans les Pyrénées françaises, aragonaises, andorranes et catalanes, s'aventurant même, pour huit d'entre elles, au sud de Barcelone.

  • La randonnée à raquette est encore le moyen le plus simple et le plus abordable pour accéder à la montagne hivernale. Légères, faciles d'emploi, menant à l'aventure sans danger (mais pas sans prise de précautions), c'est le plus bel outil qui soit pour savourer et partager avec aisance la magie de la neige.



    La cinquantaine de destinations proposées par Alban Boyer (bien davantage en comptant les variantes) courent de la vallée d'Ossau (Cabane des Crambots) à la sierra de Sis (Creu de la Bonansa). Que vous soyez néophyte ou pratiquant aguerri, vous trouverez immanquablement un col, une crête, un pic, un refuge ou un lac à votre mesure. Du plus faible dénivelé - 250 m pour la cabane de l'Escalette - au plus élevé - 1000 m pour le pic de Hautacam, le pas de Laubière ou le Tozal de Goronzué - l'éventail est varié et adaptable. Il y a même un raid de deux jours : le Montardo, à 2830 m, avec 1500 m de dénivelé !



    Pour goûter au mieux cette forme de liberté, les parcours de ce guide n'empruntent pas les installations des stations de sports d'hiver. Ainsi la beauté des mois blancs s'offre-t-elle avec un goût plus prononcé d'indépendance...



    Soum de Pombie ou col d'Aspé ? Cap des Closos ou sommet de l'Aigle ? Pic de la Gentiane ou cirque de Barrosa ? Cabane d'Arizes ou pic du Serpolet ? Choisissez, appréciez !



    Vêtues de flocons et de cristaux, les Pyrénées demeurent diverses.

  • Les refuges du massif du mont-blanc forment un sujet dense et composent des buts de randonnées inestimables.
    Les endroits oú ils sont construits traduisent directement notre relation avec la beauté du monde. souvent, la meilleure façon d'aimer la montagne c'est de s'y endormir, d'y passer du temps ; laisser le soleil sombrer, doucement s'éteindre derrière des crêtes inconnues. aller en montagne, avouons-le, c'est essayer de se l'approprier, d'en ramener un bout à chaque fois pour le garder au chaud et le ressortir une fois l'hiver venu.
    Alors, on peut la partager avec les amis et, à force d'en parler, la chérir un peu plus. ce guide est un acte d'amour. il se propose - avec passion et attention - de conduire les montagnards et aussi les apprentis randonneurs vers quarante-sept destinations cernant le toit de l'europe et qui ont pour nom refuge, chalet-refuge, cabane et même bivouac. il suffira là de deux ou trois heures de marche tranquille quant ailleurs il sera nécessaire de s'équiper avec piolet, crampons et casque.
    A tous les sens du terme : être au pied de l'échelle. pour envisager une prochaine fois d'aller plus haut, plus loin, plus froid ; ou pour grimper les volées de barreaux. par exemple, pour le plus simple des plaisirs : porcherey, la balme, la croix du bonhomme. pour les premiers frissons : bellachat, tré-la-tête. pour le vertige : les conscrits, le dolent, gonella. et en prime : trois liaisons inter-refuges pour renouveler les moments de grâce.
    De retour à la vie d'en bas, vous vous direz que si faire de la montagne c'est d'abord se dépouiller de ses effets inutiles, dormir en montagne c'est revenir à l'essentiel.

  • Au coeur du Parc naturel des Volcans d'Auvergne, au royaume de l'eau et du feu, le massif du Sancy séduit promeneurs et randonneurs.

    En professionnel affûté de l'accompagnement en montagne, Jean-Thierry Plane a sélectionné et décrit quinze parcours en boucle qui sont autant de clés pour découvrir un territoire riche de trésors naturels et culturels.

    Répartis en trois niveaux de difficulté, ils permettent une véritable progression dans la pratique de la marche: 1h30 pour le balcon de Roche Romaine (100m de dénivelé) ou pour les cascades d'Entraigues (200m), et jusqu'à 6h30 pour le tour de la vallée de Chaudefour (900m de dénivelé) et 7h00 pour les crêtes du Sancy (1200m).

    Ailleurs ce sera le lac Pavin, le château de Murol, les fromages de Saint-Nectaire. Ou bien les sources de la Bourboule, la cascade de la Barthe, les thermes du Mont-Dore, la flore de la Fontaine Salée.

  • Les pyrénées comptent trois parcs nationaux qui sont autant de sanctuaires pour la nature, autant de lieux oú la faune et la flore trouvent à s'épanouir.
    Et qui définissent les espaces les plus sublimes pour aller marcher de bon pas et s'abandonner à la contemplation du beau. le parc national des pyrénées, côté français, est le plus récent (1967) et le plus vaste (47 300 hectares pour la zone centrale). il court sur 110 kilomètres le long de la frontière, du cirque de lescun, en vallée d'aspe, au port vieux de barroude et à la réserve naturelle du néouvielle.
    Il englobe ces géants que sont le pic du midi d'ossau, le balaitous, le vignemale, et également les trois grands cirques des hautes-pyrénées (gavarnie, estaubé,troumouse). vous y trouverez les itinéraires 1 à 45. le parque nacional de ordesa y monte perdido a été créé en . 1918. il couvre aujourd'hui 15 600 hectares qui renferment des joyaux comme les canyons d'ordesa et de niscle, la garganta d'escuain, le mont perdu, le haut val de pineta.
    Vous y parcourrez les itinéraires 46 à 56. le parc national d'aigüestortes i estany de sant maurici constitue la zone lacustre la plus importante de la chaîne, et sans doute la plus remarquable par la " qualité visuelle " de ses sites. en son sein les encantats, les aiguilles d'amitges, les besiberri, le montardo d'aran. il s'étend sur 40 800 hectares ou se déroulent les itinéraires 58 à 18 auxquels s'ajoutent deux boucles de 3 et 4 jours.

empty