Casterman

  • Un récit inspiré de la vie de son ancêtre, inventeur d'un nouvel instrument de musique dans le Beyrouth des années 1960. Folle tentative pour rapprocher les traditions musicales d'Orient de d'Occident, ce piano au destin méconnu n'aura vu le jour qu'en un seul exemplaire, juste avant que la guerre civile ne s'abatte sur le Liban.

    Une métaphore amusante - et touchante - de la rencontre de deux cultures, de deux mondes, qui cohabitent chez Zeina et dans son oeuvre.

  • Un zoo en hiver

    Taniguchi

    Japon, 1966. Un jeune homme qui rêve de vivre de sa passion, le dessin, tente sa chance dans un Tokyo où le fracas du miracle économique le dispute au vrombissement de l'effervescence culturelle.
    Plongée fascinante dans une décennie électrisée de l'Histoire japonaise et dans le monde de la bande dessinée, Un zoo en hiver, probablement l'oeuvre la plus autobiographique de Jirô Taniguchi, est un roman d'apprentissage empli de nostalgie.

  • Australie, années 70, le jeune Nicolas se rêve en rock star et commence à se produire sur les scènes locales. D'une famille très religieuse, il conserve un sens du sacré qui pimente ses textes, mais se revendique plus du blues et du rock US, notamment de Johnny Cash.
    Menée tambour battant, cette incursion dans la vie de Nick Cave convoque les personnages de ses chansons en parallèle de la vie réelle du chanteur, dans un va et vient fascinant, tant son vécu - et ses histoires d'amour en particulier - ont inspiré son écriture.
    Le rocker se révèle un homme en plein malaise, avec ses contradictions, ses pulsions destructrices, ses délires... Mais qui a toujours su les apprivoiser pour en nourrir son oeuvre.

  • Knock out !

    Kleist

    Une ville, la nuit. Un homme est passé à tabac dans une ruelle par un groupe hurlant des insultes homophobes. Abandonné en sang dans le caniveau, il est abordé par une mystérieuse silhouette encapuchonnée, qui recueille sa confession.
    Né en 1938 dans une île des Caraïbes, Emile Griffith émigre aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, où, devenu modiste, il confectionne des chapeaux pour femme. Jusqu'au jour où son patron repère son impressionnante musculature, due à une jeunesse passée à trimer dans des exploitations
    agricoles, et le présente à un entraîneur de boxe. Doué, Emile va rapidement grimper les échelons, mais avec le succès viennent la jalousie et les injures contre ce boxeur qui préfère
    les hommes...

    Le tragique destin du premier champion du monde de boxe homosexuel.

  • Né en 1932 dans le sud des États-Unis, le jeune JR grandit dans une famille pauvre, travaillant dans les champs de coton. Il commence la guitare lors de son service militaire en Allemagne et, de retour au pays, enregistre ses premières chansons. Dès 1955, il est repéré et connaît rapidement un grand succès populaire et artistique. Mais au cours des années 60, il plonge dans l'alcool et la drogue, révélant une personnalité torturée et auto destructrice. Son mariage avec June Carter en 1968 lui apportera un début d'équilibre dans sa vie privée et professionnelle, puisqu'elle est aussi une très célèbre chanteuse country.
    Surnommé l'homme en noir, Johnny Cash a, toute sa vie durant, navigué sur le fil du rasoir, entre les excès, la violence, la destruction et la musique, l'amour, le succès. Une personnalité complexe, qui, si elle l'a souvent fait chuter, l'a toujours poussé à se relever, encore et encore.

  • Une autobiographie culinaire de Benoît Peeters dessinée par Aurélia Aurita.

  • Castro

    Reinhard Kleist

    1958, Karl Mertens, jeune photographe allemand, entreprend un voyage à Cuba, où sévit une guérilla armée. Fasciné par cette révolution et par son charismatique leader, Fidel Castro, le jeune reporter va devenir un témoin privilégié des événements.
    Après la victoire, Karl choisira de rester à La Havane, séduit tout autant par les bouleversements historiques qu'y s'y vivent que par les charmes d'une combattante.
    À travers son récit, ce sont les cinquante dernières années de l'histoire de Cuba qui revivent avec une troublante authenticité. Et plus encore, c'est un portrait de Castro qui se dessine, d'une rare finesse, dévoilant l'homme et ses motivations derrière le mythe qu'il est devenu.

  • Chronique intime d'un amour destructeur, Carnation est aussi le portrait acéré d'une génération idéaliste en lutte avec le réel et les transformations libérales de notre monde.
    Xavier Mussat a mis dix ans à concevoir puis finaliser cet album dur et poignant, récit d'une grande densité, riche inventions et de ruptures graphiques qui bousculent les codes du genre. Représentant assumé d'une bande dessinée exigeante, radicale et évidemment militante, il a confié à Casterman le soin de publier ce livre à vif. On pense à Louis Calaferte ou à Jonathan Caouette, et tous apprécieront ce travail minutieux, d'une lisibilité parfaite.

  • Ce n'est pas parce qu'il est sans-abri qu'on peut s'autoriser à lui servir une Soupe froide à l'hôpital. Il part donc, seul, en pyjama et en plein hiver, à travers la campagne.

    Bonne santé évoque le quotidien d'un médecin : les nuits de gardes, le bloc opératoire, l'humour "potache" et les relations avec les patients.

    Enfin, Charles Masson signe trois nouveaux récits avec l'humanisme qui le caractérise. Le premier se penche sur l'action de Médecins du Monde pour l'accès aux soins en France, le deuxième définit précisément ce qu'on appelle la misère aujourd'hui, et le dernier convoque le souvenir obsédant d'un capitaine de marine marchande refusant d'abandonner son navire.

  • Lorsqu'un héritage improbable - un stock de cierges ! - lui tombe du ciel, Manu est bien obligé de se bouger un peu. Avec sa copine Sam et le frère de celle-ci, Jordan, ils élaborent un business plan du feu de Dieu (sic) : faire la tournée des monastères de France, y écouler leur marchandise et financer ainsi leurs vacances.
    Curieusement, ce road trip estival conduira Manu à bouleverser sa conception même de l'existence.

  • Ébranlé par un incendie qui aurait pu lui coûter la vie, le narrateur de cette histoire ressent le besoin de renouer avec son propre passé, matérialisé par une série d'albums photos qui récapitulent une bonne part de son existence - à commencer par la mémoire de son père trop tôt disparu. Ainsi débute une étrange période qui, huit jours durant, conduit cet homme solitaire et secret sur le chemin d'une profonde introspection. Avec la complicité de son jeune neveu Anthony, qui lui est profondément attaché, il entreprend une sorte de pèlerinage impromptu au coeur de ses racines familiales, habité par le sentiment du temps qui passe et la conscience aiguë de la fugacité des êtres et des choses. Ce voyage à rebours de plus de trente ans, à la fois géographique et intérieur, lui permettra, grâce à une lettre miraculeusement retrouvée, de redécouvrir la profondeur de son attachement pour son père et de se confronter enfin à un désir de paternité longtemps refoulé.Avec pudeur, distance et une très discrète touche d'humour, Didier Tronchet transpose en bande dessinée, en noir et blanc et sur un format de longue haleine, son propre roman éponyme paru en 2011 chez Flammarion. Une manière de dévoiler un registre sensible et intimiste qu'on ne lui connaissait pas en bande dessinée, et une réflexion touchante sur les ressorts de la filiation.

  • Le muret

    ,

    Sur fond de punk rock pur et dur, puissamment porté par un dessin aussi froid qu'un coup de scalpel, Le Muret est une histoire poétique, forte et poignante qui entraîne le lecteur dans les méandres obscurs d'une adolescence ravageuse.

    1988, dans la grisaille d'une petite commune ordinaire, Rosie, jeune fille de 13 ans, se retrouve seule. Sa mère est partie vivre avec un autre homme et son père se plonge dans le travail. Rongée par un quotidien morne et vide, Rosie perd pied. Elle assiste, comme impuissante, à la transformation de sa personnalité, tantôt effrayée, tantôt déterminée face à cette noirceur qui l'envahit et trace sa nouvelle vie.

  • 30 ans après, le récit d'un drame qui secoua la société française.
    Cela faisait plusieurs semaines de les étudiants manifestaient dans Paris et que les face-à-face avec la police se durcissaient. Mais pour Olivier, Estelle, Martin, Oscar, Jean-Luc, Alain, Lise, Hassin et Francky, la vie continuait et la soirée du 5 décembre 1986 aurait pu être comme toutes les autres... Sauf qu'ils se sont retrouvés en plein coeur de « l'affaire Malik Oussekine ».

  • Le boxeur

    Reinhard Kleist

    Né Juif en Pologne en 1925, Hertzko Haft, comme tous ses coreligionnaires, vit l'entrée dans la Seconde Guerre mondiale comme une tragédie. Rapidement envoyé en camp de travail, le jeune homme apprend la survie de manière inattendue : sommairement formé à la boxe par l'un de ses geôliers, il devient une sorte d'attraction sportive au coeur de l'horreur concentrationnaire, en livrant des combats de boxe qu'il parvient toujours à gagner. Miraculeusement rescapé de l'holocauste, Hertzko Haft finira après-guerre par émigrer aux Etats-Unis. Là, tirant parti de son étrange expérience sportive, il se remet à la boxe, avec une idée secrète : devenir si célèbre que Leah, la jeune Polonaise dont il est tombé amoureux au tout début de la guerre et dont il a perdu la trace, entendra forcément parler de lui...

  • Marcinelle, 1956

    Sergio Salma

    Marcinelle, Belgique, 8 août 1956. Parce qu'un wagonnet de charbon a été mal encagé dans un ascenseur, un incendie se déclare accidentellement au charbonnage Le Bois du Cazier. Il déclenche une catastrophe : 262 hommes de la mine y laissent la vie. À travers l'itinéraire de l'un de ces mineurs, Pietro, immigré italien, Sergio Salma retrace avec justesse et sensibilité les quelques mois qui ont précédé ces événements tragiques et le quotidien de cette communauté de travail. Pietro, pourtant marié et père de famille, croise la route d'une femme qui va dévier le cours de son existence... Il manquera même une journée de travail. Marcinelle 1956 raconte aussi comment et pourquoi Pietro n'est pas allé au charbonnage ce jour d'août... Bien connu des lecteurs pour sa série jeunesse Nathalie et lui-même originaire de cette région, Sergio Salma signe ici une histoire forte, inspirée par des personnages authentiques. Son oeuvre la plus personnelle.

  • MAMOUDZOU (AFP) - Quatorze personnes ont péri et sept étaient toujours portées disparues vendredi soir, 24 heures après le naufrage, au large de Mayotte, d'une barque chargée de clandestins en provenance des Comores venus chercher fortune sur l'île française de l'Océan indien. Selon les témoignages des rescapés, le "kwassa", une barque de pêche traditionnelle, transportait 33 personnes, dont 7 enfants. Il a sans doute heurté un platier, c'est-à-dire un haut-fond de corail découvrant à marée basse. C'est un pêcheur qui a découvert le naufrage. Il a réussi à sauver huit personnes en les déposant sur une plage, avant de donner l'alerte à 01H05 locales vendredi. Le PC de l'action de l'Etat a aussitôt été activé pour suivre le déroulement des opérations. Toute la nuit, une vedette de la police de l'air et des frontières, une autre de la gendarmerie ainsi qu'un navire de la gendarmerie maritime ont participé aux recherches, renforcées par un ULM au lever du jour.Quatre naufragés supplémentaires ont ainsi pu être secourus. Un précédent naufrage de "kwassa", le 24 juillet, avait fait six morts et seize disparus à un kilomètre à peine des côtes.

  • « Pour compenser mon défaut, Dieu m'a fait cadeau de l'écriture et de la poésie. C'est grâce à ces dons que je m'élèverai parmi les hommes. » Malingre et souvent malade durant son enfance, Arnold a lu la plupart des livres de la bibliothèque de son père et, déjà mûr pour son jeune âge, ambitionne de devenir écrivain. Marginale et solitaire comme lui, une orpheline de l'école primaire elle aussi très mûre, Rose, l'encourage dans cette voie.
    Rapprochés par le rejet dont ils sont victimes l'un et l'autre, les deux enfants deviennent très complices, puis inséparables. Devenus adultes, ils prennent ensemble le chemin de la grande ville, qui porte encore les stigmates de la guerre récente. Sur place, Arnold trouve un travail d'employé, mais ne renonce pas pour autant à ses rêves littéraires...
    Révélée avec Les Enfants de l'envie, Gabrielle Piquet a mis au point une écriture visuelle très personnelle, qui en fait l'une des voix les plus originales de la jeune bande dessinée française d'aujourd'hui. Portrait sensible de deux êtres en quête d'eux-mêmes, Arnold et Rose révèle une nouvelle facette de son talent.

  • Caroline du Sud, octobre 1845. Sur l'île de Sullivan où il s'est réfugié après un revers de fortune, Edgar Legrand fait une étrange découverte : l'effigie en or massif d'un scarabée, trouvée à proximité d'une épave ancienne, vieille de plus d'un siècle. Fasciné par sa trouvaille et flairant l'occasion inespérée de redresser sa situation financière, Legrand cherche à déchiffrer le message du scarabée, flanqué de son ami William Wilson, l'inséparable compagnon avec qui il écume cercles de jeux et lieux de plaisir. De Charleston à New York puis Baltimore, les deux gentlemen aventuriers vont traverser ensemble une longue suite d'événements inexplicables et dangereux, marqués du sceau du fantastique.

empty