Grund

  • Avec ses puces sonores, ce recueil est unique. Sur chaque double page, une scène prend vie grâce à une puce sonore qui déclenche une chanson mais aussi une surprise lumineuse qui clignote au rythme de la musique.
    C'est au son des plus grands classiques du répertoire traditionnel que les petits découvriront l'incontournable « Sur le pont d'Avignon » mais aussi « Un petit cochon pendu au plafond » ; « Cadet Rousselle » ; « Les petites marionnettes » ; « Dansons la capucine » et une berceuse « Fais dodo ».

    Les illustrations de Daniel Roode apportent un regard plein de tendresse et d'humour sur ces grands incontournables du répertoire enfantin.

  • Ceux que nous aimons sont dans l'épreuve. Pour les accompagner et les aider à repartir, la chaleur de note amitié.


  • la grâce d'un geste, le tranchant d'un profil, la délicatesse sophistiquée d'un instrument de musique, inscrits dans les images, bouleversent, des années après leur captation, et invitent à se changer en conteur et à inventer des histoires.
    celui-ci, qui était roi, a-t-il retrouvé les siens et ses palais en retournant dans son pays saisi par les convulsions politiques ? l'enfant blotti au coin de la photo n'est-il pas devenu un grand danseur qui fait trembler d'émotion les adorateurs du temple de son village ? la vieille dame, celle qui chantait en élevant ses mains ridées jusqu'à son front, vit-elle toujours ?.

  • Quels que soient les pays et les cultures, la chevelure est un signe social essentiel. Partout, les cheveux, plus encore que les vêtements, sont destinés à attirer le regard. Parmi les attributs de la chevelure naturelle ou modifiée, on retiendra sa valeur matérielle et artistique, son rôle de marqueur identitaire et social, le pouvoir érotique qu'elle exerce, la puissance politique qu'elle peut symboliser, sa place dans des expressions du quotidien. A côté de ces significations multiples qui s'attachent aux modifications volontaires de la chevelure, la vie en société peut être fortement altérée par les changements d'apparence, conséquences non de choix esthétiques (valorisation de soi ou au contraire volonté de s'exclure ou de se différencier) mais de maladies du cheveu.
    L'histoire de la dermatologie fournit des modèles de ces maladies pourvoyeuses de stigmatisation et d'exclusion: les pliques, pseudo maladie aux multiples implications sociales, les teignes, maladies d'enfants rejetés, la pelade, longtemps considérée comme une forme de teigne. Aujourd'hui, l'attention pour les relations sociales des maladies du cheveu se traduit par des tentatives d'évaluation formalisées qui s'efforcent de mesurer le retentissement de la perte de cheveux sur la qualité de vie. L'alopécie androgénique est au centre de ces études. Une autre situation met en évidence les liens psycho-sociaux de l'absence dans le contexte médical lourd des chimiothérapies anticancéreuses. Cet ouvrage rédigé par un dermatologue et une ethnologue propose une analyse et une réflexion originales qui donneront aux lecteurs de quoi nourrir leur propre questionnement sur le sujet.

  • Le corps et le sacre

    Françoise Gründ

    • Chene
    • 23 Octobre 2003

    Pyramides trouant le ciel, graphismes dans les grottes profondes, statues minérales défiant le temps constituent les témoignages des croyances et des religions dans toutes les régions du monde. Mais la trace de la foi ne s'inscrit pas uniquement dans le dur et l'impérissable.

    L'être humain affirme également par son corps - en modifiant sa forme, son volume, la texture de sa peau, sa chevelure... - son appartenance à un groupe, son aspiration à un idéal, son dévouement à un dieu ou des dieux. La sacralisation du corps humain fait alors partie de son destin. Réinventer son corps lui permet de faire face à l'angoisse existentielle de la mort.

    À travers une centaine de superbes photographies, cet ouvrage propose quelques pistes encore peu explorées pour découvrir comment différentes ethnies de plusieurs régions du monde utilisent certaines parties ou postures de leur corps pour le transformer en un corps humain-divin.

  • Le gout du bonheur

    Grund-F

    • Chene
    • 17 Novembre 2004

    Si le bonheur est une valeur absolue et universelle, il existe pourtant peut-être autant de sentiments de bonheur que d'individus sur la terre. Le Goût du Bonheur se propose d'explorer les différents biais par lequel il se manifeste, et les diverses façons d'atteindre ces moments fugitifs que l'on peut nommer joie, sérénité, apaisement, jubilation, plaisir...
    Chaque chapitre aborde une thématique particulière par le biais d'extraits de textes littéraires, de contes traditionnels et de proverbes populaires, et présente un développement original et argumenté.
    Dans certains esprits notamment en Extrême Orient, le bonheur appartient au passé et ne peut se revivre qu'à travers la nostalgie. "Ne cours pas après le bonheur, il est derrière toi" (proverbe tibétain). Pour d'autres, il se vit dans l'avidité et les tourments du coeur, à l'image de Goethe évoquant sa passion amoureuse dans un poème repris dans l'ouvrage. Le bonheur, c'est aussi une succession de petites choses, de moments simples à saisir et à savourer : "En toute espèce de biens, posséder est peu de choses ; c'est jouir qui rend heureux!" (Beaumarchais).
    Mais s'il ne s'agissait que d'une oeuvre de notre imaginationoe Si le bonheur était notre réponse à une mort annoncée et irrémédiableoe Le vrai bonheur serait alors à chercher chez les mystiques, dans l'ultime illumination...
    L'ouvrage est illustré de magnifiques photographies en couleur et en noir et blanc, reflets d'instants fugitifs de bonheur intense.
    En fin de livre, 40 pages (sur un papier différent de celui utilisé pour le texte) accueilleront les pensées du lecteur qui pourra ainsi d'approprier le livre en y apportant sa propre vision du bonheur.

  • Histoire d'un étonnant théâtre africain à Sao Tomé, " l'île du milieu du monde ", sur l'Equateur ! Charlemagne, Ganelon, le marquis de Mantoue, l'Impératrice et ses dames de Cour dansent des pavanes et des menuets raffinés en pleine jungle.
    Dans ce livre, Françoise Gründ, éthnoscénologue, répond à de nombreuses questions : que signifie le nom tchiloli ? pourquoi les anciens esclaves, qui se font appeler " fils de la terre ", se sont-ils approprié une culture étrangère ? la dramaturgie sophistiquée ne dissimulerait-elle pas un code secret ? - n'a-t-elle pas servi de prétexte pour résister à l'enfer de l'oppression ? Un superbe fragment d'archéologie théâtrale, toujours vivant.
    La Maison des Cultures du Monde permet la connaissance de formes spectaculaires rares ; ainsi le tchiloli, invité a plusieurs reprises par le Festival de l'Imaginaire, suscite désormais une curiosité justifiée auprès d'un large public.

  • Tu es un enfant sud-américain : Yuben ou Nayeli, qui sont frère et soeur. Avec Rayen votre ami vous êtes de jeunes intrépides et l'Amazonie ne vous fait pas peur ; vous décidez de jouer à cache-cache...Mais, c'est ici que les ennuis commencent... Rayen est si bien caché que vous n'arrivez pas à le retrouver. Qu'a-t-il bien pu se passer ? Où peut-il bien-être ? Vous décidez de partir à sa recherche. Sur votre route, soyez très vigilants, car vous pourriez bien faire d' effrayantes rencontres : esprits maléfiques, prêtres Aztèques... A chaque page, vous devrez relever le défi et choisir la route à suivre. Bonne chance !

empty