Tourisme & Voyages

  • Depuis les premiers temps du pèlerinage vers Compostelle, la Camino Francés (via Burgos et León) n'a pas été le seul itinéraire conduisant vers les reliques de Jacques. Même si son histoire présente encore bien des points obscurs, le chemin des côtes cantabriques accueille les pas des marcheurs depuis des temps très lointains...
    Chemin primitif, chemin du nord, chemin côtier... L'itinéraire décrit dans ce guide permet de rallier Bayonne, à l'embouchure de l'Adour, au cap Finistère, extrême pointe occidentale de la Galice.
    Passant par Saint-Sébastien, Bilbao, Santander, Oviedo, et bien entendu à Saint-Jacques-de-Compostelle, il enchaîne quarante étapes entre terre, ciel et mer, dans un décor somptueux et sauvage. Petit et grand patrimoine jacquaire, paysages d'exception, villes d'art et d'histoire : ce parcours s'adresse tant aux marcheurs de la foi qu'aux chercheurs d'un ailleurs qui ?
    Même intérieur ? se révélera au fil de ce chemin de liberté.
    Aujourd'hui bien balisé et entretenu, il constitue une remarquable alternative au chemin « classique ». Ce guide en décrit avec précision le déroulé et propose un riche répertoire d'hébergements. Les notices patrimoniales en font un outil de connaissance autant qu'un outil de pérégrination.

  • Une itinérance à vélo sur l'un des sentiers les plus célèbres du monde inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco.

    Après nous avoir guidé sur la Voie du Puy dans le premier tome, Philippe Calas nous invite à franchir les Pyrénées et à suivre le Camino Francés, peut-être le plus célèbre des chemins de randonnée au monde. Les 918 kilomètres de ce parcours de tous les superlatifs vous mèneront de Saint-Jean-Pied-de-Port à Saint-Jacques-de-Compostelle puis à Fisterra, une centaine de kilomètres plus loin, site considéré comme le bout du monde au Moyen-Âge !

    Contrairement à la Voie du Puy en France, le Camino Francés est tout à fait adapté, sur l'essentiel de son parcours, à la pratique cycliste et vous voyagerez ainsi au plus près des marcheurs et du chemin historique. Près de 300 000 pèlerins, dont environ 10% de cyclistes, foulent tous les ans les chemins de la Galice et traversent ainsi le nord-ouest de la péninsule ibérique. Vous ne manquerez pas de vous sentir portés par ce flux ininterrompu de pèlerins-randonneurs qui convergent tous vers la Praza do Obradoiro au pied de la cathédrale de Saint-Jacques.

    Vous trouverez dans ce guide pratique de terrain :
    - les bons conseils pour vous équiper et préparer votre itinéraire, - des descriptifs précis accompagnés de cartes détaillées et de profils altimétriques, - un découpage en tronçons afin que vous construisiez votre parcours selon votre forme et vos envies, - toutes les infos pratiques, et notamment plusieurs centaines de propositions d'hébergement de tous types qui vous permettront de choisir le degré de confort adapté à votre budget.

    Les 918 kilomètres et 11 000 mètres de dénivelée en 9, 12 jours, 15, 18 ou 23 jours, à vous de choisir.
    Bonne route !

  • D?Arles la Provençale à Puente la Reina la Navarraise se déroule sur environ 900 km l?un des chemins de pèlerinage majeurs conduisant vers Compostelle. Cette voie du sud traverse des villes comme Montpellier, Castres, Toulouse, Auch, Oloron- Sainte-Marie ou Jaca ; elle visite également d?autres lieux notables de l?histoire et la géographie : Saint-Gilles-du-Gard, Saint- Guilhem-le-Désert, Lodève, le seuil de Naurouze, Morlaàs, Lacommande, le col du Somport, Sangüesa? Trait d?union entre les versants méditerranéen et atlantique, ce chemin constitua un vivier propice aux grands courants civilisateurs du vieux continent.  En 50 étapes (ou tronçons) décrites avec minutie (allant d?une petite dizaine à une trentaine de kilomètres, combinables selon les capacités de chacun), des cartes établies à une échelle allant du 1/50 000e au 1/70 000e, un inventaire des hébergements établi avec soin, des notices patrimoniales indispensables, ce guide offre aux pèlerins du XXIe siècle la clé d?espaces merveilleux et celle d?un parcours au centre de soi. Curieux de nature et de culture y côtoient d?un même pas des randonneurs en quête d?un horizon sublimé (au-delà de la physique), des marcheurs plongés corps et âme dans l?aventure jacquaire.
    Échappée belle pour les uns, chemin des métamorphoses pour les autres, voyage unique pour tous?

  • Nombreux sont les pèlerins ayant emprunté La Voie de Rocamadour en Limousin et Haut-Quercy qui nous ont dit que c'était le plus beau des chemins qu'ils ont parcourus. Mais, après Rocamadour, ils ne savaient pas comment continuer vers Compostelle. C'est donc à leur demande qu'avec la réédition de ce guide pratique, nous avons décidé de leur proposer le choix de rejoindre le plus rapidement possible le GR®65 à Cahors en 3 étapes (68 km) ou de continuer plus sereinement jusqu'à La Romieu par le GR®652 en 9 étapes (228 km).
    Le guide est complété par le site web qui permet d'être réactif au jour le jour en cas de changement des renseignements pratiques : hébergeurs, services, changements de tracés...
    />

  • Avec le Topo guide randonnées Chemin du piémont pyrénéen et routes des abbayes de l'Aude - Randoéditions, traversez en toutes saisons les Pyrénées en 36 étapes combinables (de 11 à 25 km).

  • De la Méditerranée aux Pyrénées.

  • Le Chemin de Saint-Jacques en Espagne. Le Camino Francés. Le plus connu, le plus parcouru des chemins vers Compostelle. Depuis le Moyen Age, la voie royale vers la Galice, le chemin du grand périple où accourt le monde entier, celui qui dans notre culture occidentale donne tout son sens (et toute sa saveur) au mot pèlerinage.
    Franchissant les Pyrénées au-delà de Saint-Jean-Pied-de-Port, vous dépasserez Pamplona, Logrono, Burgos, Leon . Récits des temps lointains, légendes, espaces infinis ou chaloupés, hospitaleros, montjoies, ermitages, statuaire : géographie, histoire et hommes entremêlent leur richesse en un cheminement tendu vers le tombeau de Jacques le Majeur.
    Ce guide au format poche le propose au plus vif de sa réalité en 33 étapes (par ailleurs balisées). Description minutieuse du parcours, cartes et profils d'étape, informations denses sur les hébergements, aide-mémoire historique et patrimonial : tout y est dit de l'essentiel du bagage nécessaire à un bon cheminement.
    Le Camino Francés va s'ouvrir à vous entre solitude et quête de sens, entre partage et silence, entre effort et recueillement.

  • Le Chemin du Puy. La Via Podiensas. Autrement dit : le chemin de pèlerinage vers Compostelle le plus fréquenté de l'hexagone. Sans doute parce qu'il dispense plus (ou mieux) que les autres une réelle richesse procédant de sa diversité tant géographique que patrimoniale. Parce que la communion avec soi, avec les autres, avec le but -lointain-, avec les éléments, avec l'Histoire y est plus manifeste qu'ailleurs ? À chacun(e) d'y répondre, pas à pas, sur plus de700 Km jusqu'au pied des Pyrénées, à Saint-Jean-Pied-de-Port. Et le Chemin ne s'arrête pas là.
    Ce guide au format poche le propose en 29 étapes passant par Aubrac, Conques, Cahors, Moissac, Aire-sur-l'Adour, s'inspirant du tracé du GR 65, s'en écartant quand l'herbe est plus verte ailleurs -ou le tracé plus direct.
    Description minutieuse du parcours du parcours, cartes et profils d'étape, informations denses sur les hébergements, aide-mémoire historique et patrimonial : tout y est dit de l'essentiel du bagage nécessaire à un bon cheminement.
    Le Chemin du Puy va s'ouvrir à vous entre solitude et quête de sens, entre partage et silence, entre effort et recueillement.

  • Chemin primitif, chemin du nord, chemin côtier L'itinéraire décrit dans ce guide permet de rallier Bayonne, à l'embouchure de l'Adour, au Cap Finistère, extrême pointe occidentale de la Galice. Passant par Saint-Sébastien, Bilbao, Santander Oviedo, et bien entendu à Saint-Jacques-de-Compostelle, il enchaîne quarante étapes enter terre, ciel et mer, dans un décor somptueux et sauvage. Petit et grand patrimoine jacquaire, paysages d'exception, villes d'art et d'histoire :parcours s'adresse tant aux marcheurs de la foi qu'aux chercheurs d'un ailleurs qui même intérieur - se révélera au fil de ce chemin de liberté.
    Aujourd'hui bien balisé entretenu, il constitue une remarquable ale ! alternative au chemin "classique" Ce guide en décrit, avec précision le déroulé et propose un riche répertoire d'hébergements, vérifié et mis à jour, Les notices patrimoniales rédigées par François Pinguet en font un outil de connaissance autant qu'un outil de pérégrination.

  • Ce guide, proposant aux pèlerins de marcher depuis Arles vers Compostelle, traverse la totalité de la Catalogne (croisant d'abord Narbonne et Perpignan), jusqu'aux rives de l'Ebre, en suivant un chemin balisé, portant officiellement le nom de Chemin Catalan (ou Cami Sant Jaume), puis emprunte le Chemin de l'Ebre, tout aussi officiel et balisé, conduisant à la ville de Logrono, où passe le célèbre Cambio Francès, le chemin des Chemins aboutissant à Compostelle.
    Cet itinéraire fut emprunté en son temps par François d'Assise. Nous avons voulu "innover" en imaginant, en début de parcours, un tracé non balisé, hors-piste, longeant au plus près la Méditerranée. Qu'il soit bien dit que la banalisation des chemins jacquaires n'est pas de mise ici. Aventure et incertitude seront compagnes de marche. Etapes longues, hébergements assez peu nombreux, paysages inédits, fréquentation modeste, patrimoine enrichissant.
    1000 km de rupture avec l'habitude !

  • Tracés depuis plus de mille ans à partir de tous les pays d'Europe et au-delà, les chemins de Saint-Jacques conduisent ceux qui les empruntent à s'identifier à leur propre histoire, à questionner leur âme et leur conscience.
    Mais au fait :
    Comment part-on vers Compostelle ? Favoriser le départ de ceux qui en rêvent est l'objectif de ce manuel. Pour y parvenir, l'auteur informe sur les sujets qui peuvent être cause de préoccupation et donne les moyens d'une bonne préparation technique au voyage par des informations et des conseils pratiques. Il répond aux questions sur les divers itinéraires, le choix du matériel, le poids du paquetage, les soins en route, le budget, l'orientation, le gîte et le couvert, le repos, les spécificités du voyage à vélo ou avec un âne, etc.
    Vous trouverez aussi dans ces pages ce qu'il faut savoir sur l'histoire jacquaire et son jargon. Les conseils que vous trouverez ne représentent pas une norme, car il existe autant de méthodes que de personnalités. Ils fournissent néanmoins la matière qui vous permettra de décider en connaissance de cause. Les textes sont conçus dans l'optique d'un voyage de longue durée, mais sont, bien entendu, applicables pour celle ou celui qui ne souhaite effectuer qu'une portion de chemin.
    Ils sont basés sur l'expérience d'une pérégrination de 2000 km, en continu.
    L'expérience du "aller à Compostelle" est unique et mérite son document préparatoire, son vade-mecum... Laurent Denis en est l'arrangeur.

  • La Via Domitia a été élaborée à partir de 120 av J-C par le consul Cneus Domitius Ahenobarbus au moment de la conquête du Sud de la Gaule. Cet axe routier reliant l'Italie aux provinces d'Espagne existait certainement déjà à la préhistoire. Depuis Turin, cette route partiellement empierrée franchissait les Alpes au col du Montgenèvre, gagnait le delta du Rhône par les vallées de la Durance, du Calavon et du Coulon, traversait les plaines du Languedoc et du Roussillon pour aboutir en Espagne par le col de Panissars, près du Perthus. Durant le Moyen Age, les commerçants l'empruntaient toujours, mais également les pèlerins, parmi lesquels on pouvait mentionner les jacquets italiens se rendant à Compostelle, mais aussi les roumieux français désirant rallier la Via Francigena pour rejoindre Rome. Dans ce guide pratique, destine tant aux uns qu'aux autres, nous nous inspirons du GR 653D. Mais, parfois, nous nous en écartons afin d'aller au plus court dans un esprit correspondant plus certainement aux conceptions des marcheurs contemporains au long cours se rendant à Compostelle ou à Rome. En vingt étapes, dans un sens comme dans l'autre, cet itinéraire visite Briançon, Embrun, Gap, Sisteron, le prieuré de Ganagobie, Forcalquier, Apt, Cavaillon et Saint-Rémy-de-Provence. Dans le sens nord-sud, son terminus (provisoire) sera Arles, clans l'autre, le Montgenèvre.

  • Partir sur les traces des pèlerins médiévaux, dans un environnement du XXIe siècle, tendre le regard et ajuster le pas vers Compostelle, au départ de Paris, sur ce chemin qui s'en va vers les terres de saint Martin, via Orléans et les bords de Loire, puis, par le Poitou et la Saintonge, aborde les rives de la Gironde, à Blaye, avant de traverser l'immensité des Landes. Franchie la Bidouze, c'est l'arrivée au Pays basque, jusqu'au pied des Pyrénées (à moins de préférer, au départ d'Onesse, l'option atlantique -en quatre étapes- et de rejoindre Bayonne pour continuer par le Chemin côtier).



    Parti de la tour Saint-Jacques, le pèlerin d'aujourd'hui (cheminant, randonneur, jacquaire : à chacun son appellation en fonction de son idéal, de sa recherche, de ses convictions) aura à suivre trente-huit étapes (s'il respecte le découpage proposé) avant de parvenir -pénétré de culture, repu de nature- recru de fatigue, peut-être- à Saint-Jean-Pied-de-Port.



    En tant qu'invitation et support au voyage, par la pertinence de ses informations, ce guide prépare également à l'aventure intérieure, à une rencontre au centre de soi...

  • L'Anjou, fief des Plantagenêts, est une très ancienne terre de passage de pèlerins vers le Mont-Saint-Michel, et aussi de fidèles en provenance du Mont et s'en allant vers Compostelle.

    S'y superposent aujourd'hui les chemins de ce guide: au départ du Mont pour s'en aller rejoindre le Chemin de Tours près d'Aulnay (et plus tard Saint-Jacques); au départ d'Angers pour s'en aller vers l'Archange. En croisant Fougères, Vitré, Segré, Angers bien evidemment. Plus au sud, pour les pèlerins décidés à filer vers la Galice : Thouars, Parthenay, Niort.

    En tout: vingt-deux étapes pour entreprendre le chemin vers Compostelle, neuf pour aller de la Maine au Mont (balisage de l'itinéraire présent dans les deux sens).

    Miquelots et jacquets ! Les marcheurs ont à l'évidence des motivations plus complexes qu'il y a treize siècles, lors de la fondation du Mont. Dévotion, certes, mais aussi curiosité culturelle, doutes de l'âme et brouillages de l'esprit, quand ce n'est pas un petit rendez-vous avec l'aventure...

    Dévidant distances et histoire, patrimoine et hébergements, ce guide s'adresse aux marcheurs du XXIe siècle, saisis entre deux lieux majeurs de pèlerinage.

  • Du sud traverse des villes comme Montpellier, Castres, Toulouse, Auch, Oloron-Sainte-Marie ou Jaca ; elle visite également d'autres lieux notables de l'histoire et la géographie : Saint-Gilles-du-Gard, Saint-Guilhem-le-Désert. Lodève, le seuil de Naurouze, Morlaàs, Lacommande, le col du Somport, Sangttesa...
    Trait d'union entre les versants méditerranéen et atlantique, ce chemin constitua un vivier propice aux grands courants civilisateurs du vieux continent. En 50 étapes (ou tronçons) décrites avec minutie (allant d'une petite dizaine à une trentaine de kilomètres, combinables selon les capacités de chacun), des cartes établies à une échelle allant du 1/50 000 au 1/70 000, un inventaire des hébergements établi avec soin, des notices patrimoniales indispensables, ce guide offre aux pèlerins du XXIe siècle la clé d'espaces merveilleux et celle d'un parcours au centre de soi.
    Curieux de nature et de culture y côtoient d'un même pas des randonneurs en quête d'un horizon sublimé (au-delà de la physique), des marcheurs plongés corps et âme dans l'aventure jacquaire. Echappée belle pour les uns, chemin des métamorphoses pour les autres, voyage unique pour tous...

  • Tout au long de ce périple de 270 à 300 km, un chemin qui traverse 2 régions (Limousin et Midi-Pyrénées), 4 départements (Creuse, Haute-Vienne, Corrèze, Lot) et 2 Parcs Naturels Régionaux.

  • C'est en fait le GR 65, en 29 étapes dont Conques, Cahors, Moissac: le "chemin des étoiles" par ce qui fut la via Podiensis. A la précision de parcours répond un texte contant l'Histoire et les histoires du chemin.
    Nouvelle édition avec mise à jour des hébergements et adjonction de la varainte dite de Rocamadour (en 11 étapes). Autre variante en 5 étapes par Villefranche-de-Rouergue.

  • Trente randonnées dans les vignes de l'Île-de-France ? Ce n'est pas l'effet d'un laisser-aller dans un bar à vin... Plusieurs milliers de pieds de vigne sont cultivés à Paris et surtout autour de la capitale, redessinant le paysage, permettant - évidemment - des moments festifs. Ce guide propose des itinéraires en boucle, de moins de deux heures (Bercy, 1h40) à la journée (Pays de la Mauldre, 5h40), au départ de gares, longeant la ou les vigne(s) locale(s), au carrefour du patrimonial et du culturel.

    Depuis l'époque carolingienne, des vignes existent sur les coteaux de Charonne,k Belleville, Montmartre, à Suresnes, Issy, Vanves, Pierrefitte... L'époque médiévale constitua même un âge d'or pour le vignoble francilien. Les vins blancs firent l'objet d'éloges. A la fin du XVIIIe siècle, Argenteuil est la première commune viticole française (1 000 ha). Puis les céréales et les cultures maraîchères remplacent les vignes. Après la Première Guerre mondiale, ce qui subsiste est très marginal (moins de 250 ha, principalement en Seine-et-Marne). Pourtant, à partir des années 1970, sous l'impulsion de quelques particuliers, de nouveau des pieds de vigne sont plantés. Et le vignoble redémarre.En 2007, 152 parcelles sont cultivées et produisent (14 rien qu'à Paris, 28 dans les Yvelines), de quelques dizaines de pieds à plusieurs centaines. Le chardonnay domine, devant le pinot noir, dans une démarche de qualité. Vous disposez de près de 350 km pour vous en convaincre et pour découvrir un territoire changeant.

  • Le sentier cathare : un ensemble de chemins pour aller à pied, en douze étapes, des rives audoises de la méditerranée à foix, sur la rivière ariège, en passant de château en château.
    Aguilar, padern, quéribus, peyrepertuse, puilaurens, puivert, montségur, roquefixade : autant de noms pour dire l'hérésie cathare, autant de lieux pour interroger la mémoire d'une dramatique et sublime aventure, autant d'éminences vers lesquelles diriger ses pas et où accorder ses rêves à la vie qui passe. des corbières dardées de soleil au piémont des montagnes d'ariège, cet ouvrage permet la libre découverte d'un patrimoine et de paysages d'exception.
    Livre des pays et de l'histoire, des citadelles, des vignes et des villages, ce guide pratique décrit des sentiers bien terrestres, propose le gîte et le couvert en des lieux bien vivants tout en ouvrant à des horizons plus spirituels, au murmure du vent sur des pierres meurtries par le temps.
    Outil précis et fidèle, ce livre vous invite à suivre la course du soleil sur les terres des "bonshommes", à aller goûter à la liberté du cheminement tout au long des anciennes "marches d'espagne".

  • le mont-saint-michel : lieu de rassemblement et de départ des jacquets, lieu d'arrivée des miquelots.
    le mont, avec compostelle, est l'un des sanctuaires majeurs de pèlerinage en europe. l'archange et l'apôtre. la manche et l'atlantique, la baie d'entre normandie et bretagne et le lointain cap de galice.
    ce guide propose aux pèlerins, aux marcheurs en quête d'espace et d'intériorité, un parcours de cinq cents kilomètres partant du mont-saint-michel, vers le sud, jusqu'à saint jean-d'angély où s'opère la jonction avec le chemin vers saint jacques venant de tours (et de paris).
    passant par rennes, blain, nantes, montaigu, maillezais, surgères, ce chemin complète le grand arc atlantique, d'une mer à l'autre, de l'abbaye en plein ciel à la porte du paradis. très prosaïquement, ce guide décrit avec soin les dix-neuf étapes allant des rives du couesnon à celles de la boutonne, de la "merveille de l'occident" aux remarquables vestiges de l'abbaye royale. (à noter que ce chemin peut être effectué en sens inverse, de clisson au mont, étant balisé dans les deux sens sur cette partie.) entre l'infini de la quête et l'ici et maintenant de la marche, ouvrir ce guide, c'est déjà partir sur le chemin des étoiles...

  • le chemin de la plata fend la péninsule ibérique du sud au nord.
    les espagnols disent qu'il est la colonne vertébrale du pays et en retrace toute l'histoire en passant par séville, merida, cames. salamanque, zamora... son tracé, établi à l'âge de bronze, correspond au parcours emprunte par les bovins lors des transhumances. au ier siècle ap. j.-c., la draille devient une voie romaine stratégique. cette "autoroute" empierrée (b'lata) constituera une aubaine pour les maures déferlant sur l'espagne au viiie siècle.
    lors de la reconquista, elle servira à chasser les musulmans d'espagne. âpres 1492, les juifs fuyant l'inquisition l'emprunteront aussi pour rejoindre le maroc ou le portugal. enfin, dès le ixe siècle, les chrétiens d'andalousie pérégrinent a pied depuis séville en direction de la tombe de l'apôtre jacques, en galice, sur ce même itinéraire parfois nomme camino mozarabe de santiago, chemin mozarabe de saint-jacques-de-compostelle.
    ce guide décrit avec précision les 1000 km de pistes et de chemins séparant séville et compostelle. partages en trente-huit étapes. pour charme, informations sur les hébergements et notices patrimoniales aident les marcheurs dans leur progression spatiale... et intérieure.

  • La principale voie jacquaire de l'Hexagone. Nouvelle édition avec corrections concernant les cartes et descriptifs d'étape.

  • Du goëlo, du léon et du goulet de brest à la sèvre nantaise, puis à la boutonne, se déploie la première partie du grand arc atlantique des chemins conduisant à compostelle.
    Portant de lieu en lieu témoignage de la présence jacquaire en bretagne, divisé en 45 étapes principales allant de ville en hameau, d'écluse en prieuré, de bocage en ruisseau, ce chemin propose en fait quatre lieux de départ possible : l'abbaye de beauport, aux portes de paimpol, locquirec et méguériec en pays léonard, la pointe saint-mathieu près du conquet ; quimperlé et redon constituant les points de jonction des diverses branches.
    Dépassant ensuite nantes, le chemin file vers saint-jean-d'angély où il se raccorde à celui qui arrive de paris et de tours. entre ajoncs et granit, empruntant des sentiers côtiers et d'autres sur la lande, suivant des chemins vicinaux, des halages et de discrètes routes communales, ces itinéraires - balisés - invitent à la découverte pas à pas d'une bretagne très voisine de la galice, but ultime d'une pérégrination traversant également la plaine vendéenne et le marais poitevin.

empty