• Mioveni

    ,

    • Loco
    • 17 Mai 2019

    L'enquête est un marqueur de leurs approches photographique et journalistique. Elles privilégient l'expérience du terrain au long cours.
    À Mioveni en Roumanie, avec empathie, elles se sont approchées au plus près des personnes et de leurs histoires. Cet ouvrage restitue leur immersion sur le terrain dans cette ville ouvrière qui, avec le rachat de Dacia par Renault il y a quinze ans, semble avoir échappé au sort des autres cités mono-industrielles tombées en ruine après la chute du communisme. Les résultats de leurs recherches autour du rapport entre le texte et l'image se déploient au fil du livre, entre perméabilité et complémentarité, sans jamais être ni illustratif ni redondant.

  • Roumanie, 1992. En apprenant la mort de Ceaucescu, le petit peuple de Bucarest est descendu dans les rues en criant: « Drakula est mort! Drakula est mort! » Mais, en disparaissant, le conducator a laissé un pays exsangue, un peuple de loups affamés, en proie à ses peurs ancestrales, quand les anciennes malédictions ne demandent qu'à resurgir... C'est dans ce contexte qu'apparaît la mystérieuse Aurelia. Est-elle cette belle et délurée étudiante qui ne rêve que de fuite, quitte à se jouer des vieilles légendes et de la naïveté d'un chasseur de vampires écossais? Ou, derrière son envoûtant sourire tzigane, se cache-t-il un authentique démon, la survivante d'une lignée vampirique qui cherche surtout à fuir des justiciers de l'ombre tout aussi inquiétants ? En mettant ses pas dans ceux d'Aurelia, le lecteur n'est pas sûr qu'il pourra s'en sortir indemne...

  • Avec ce deuxième opus, dénouement des aventures entamées dans «Le réveil d'une malédiction», la fuite forcée de Roumanie amène nos héros à Paris. Dès leur arrivée, une vague de meurtres sanglant s'abat sur la capitale. Les victimes ont toutes un point commun, elles sont saignées à blanc ! La presse parle d'évènements étranges survenus dans les catacombes et l'on évoque la présence d'une «créature» règnant sur les lieux. Qui est donc responsable de cette peste vampirique ? Quelle est la part du mythe dans cette réalité ? La présence même d'Aurélia au milieu de cette hécatombe n'est-elle qu'une simple coincidence ? La frontière entre terrible prédatrice ou proie innocente est en tout cas bien mince. De la malédiction qui semble planer sur notre jolie étudiante tsigane viendra peut-être la réponse à ce mystère...

  • Roumanie, 1992. En apprenant la mort de Ceaucescu, le petit peuple de Bucarest est descendu dans les rues en criant: « Drakula est mort! Drakula est mort! » Mais, en disparaissant, le conducator a laissé un pays exsangue, un peuple de loups affamés, en proie à ses peurs ancestrales, quand les anciennes malédictions ne demandent qu'à resurgir... C'est dans ce contexte qu'apparaît la mystérieuse Aurelia. Est-elle cette belle et délurée étudiante qui ne rêve que de fuite, quitte à se jouer des vieilles légendes et de la naïveté d'un chasseur de vampires écossais? Ou, derrière son envoûtant sourire tzigane, se cache-t-il un authentique démon, la survivante d'une lignée vampirique qui cherche surtout à fuir des justiciers de l'ombre tout aussi inquiétants ? En mettant ses pas dans ceux d'Aurelia, le lecteur n'est pas sûr qu'il pourra s'en sortir indemne...

empty