• Des rapaces parcourent le ciel, des chiens gambadent et des couguars se tapissent parmi les arbres. Les plaines sont balayées par les vents, les forêts sont lugubres ou enchanteresses et quand il ne neige pas, c'est qu'il va neiger. Dans La Rivière en hiver, Rick Bass se consacre aux fluctuations météorologiques, à la terre et à ceux qui l'habitent, solitaires et touchants. Que les hommes affrontent la nature ou la négligent, cette dernière les fascine au point de leur couper le souffle. Et si ses personnages s'adonnent à des activités quotidiennes - pister un élan, veiller sur un énorme poisson-chat ou trouver le parfait sapin de Noël - celles-ci se transforment, sous la plume de Rick Bass, en une expédition aux allures mythologiques parfois périlleuse, toujours mémorable.
    Rick Bass, considéré comme l'un des écrivains majeurs de l'Ouest américain, démontre avec La Rivière en hiver qu'il excelle dans la forme courte. Les huit nouvelles de ce recueil ont la densité et la force des meilleurs romans.

  • Le livre de Yaak

    Rick Bass

    La vallée du Yaak, dans le Montana, est l'un des derniers espaces sauvages des États-Unis, un lieu où cohabitent ours noirs et grizzlys, loups et coyotes, aigles, lynx, cerfs et même une poignée d'humains.
    Rick Bass, qui y vécut une vingtaine d'années, nous dresse le tableau de cet endroit magique, aujourd'hui menacé. À travers cette série de récits inspirés, il capture la grandeur de la nature sauvage du Yaak et de ses habitants, l'âme d'un lieu dont la disparition constituerait une perte irrémédiable pour chacun d'entre nous.
    Avec Le Livre de Yaak, Rick Bass confirme qu'il est l'un des grands écrivains du Montana et l'une des voix les plus emblématiques de l'Ouest américain.

  • Les derniers grizzlys

    Rick Bass

    Les grizzlys parcourent-ils les montagnes des San Juan, dans le Colorado, où ils sont depuis longtemps considérés comme éteints ? Sur la foi d'une improbable rumeur, Rick Bass accompagne le légendaire Doug Peacock (héros du mythique Gang de la clef à molette d'Edward Abbey) et son ami le biologiste Dennis Sizemore sur la piste de ces animaux fabuleux, traquant la moindre empreinte de patte ou trace de griffe.
    Tandis que s'enchaînent les péripéties, les trois hommes sont de plus en plus hantés par la présence de l'animal insaisissable.

  • Winter

    Rick Bass

    Winter est le récit de l'installation de Rick Bass et de sa femme dans un coin reculé du Montana en plein hiver. Pas d'électricité, pas de téléphone, juste un saloon à une demi-heure de route. Mais une vallée comme au début du monde, une nature splendide et cruelle. Par moins trente-neuf degrés, le rêve se fait parfois souffrance. Dans une prose lumineuse, le défenseur de l'environnement Rick Bass redécouvre, au terme d'un progressif dépouillement, l'essentiel.

  • Castle Gap, Texas. 1930. Max Omo vit du commerce du sel qu'il extrait d'un lac voisin. Trente ans plus tard, le jeune géologue Richard, chargé de superviser l'exploitation de puits de pétrole, arpente le désert à la recherche de fossiles et d'ossements. Le temps se chargera de façonner leur destin au gré d'une terre peuplée de personnages légendaires.

  • Témoignage le plus abouti et le plus mature que Rick Bass livre de sa vie dans la vallée du Yaak, Le journal des cinq saisons reprend une réalité on ne peut plus tangible de la vie du Montana : entre la rudesse glaciale de l'hiver et l'explosion du printemps se glisse une cinquième saison, la « Saison brune » où les glaces ont déjà fondu pour se transformer en boue mais où la végétation n'a pas encore repris ses droits. Journal de bord quotidien et hommage à un écosystème incomparable, cet ouvrage est surtout le récit d'un lieu. On y comprend les mécanismes d'une disparition programmée, la chaîne des événements qui mènent de la rapacité aveugle à la destruction d'un des derniers fiefs de la nature sauvage aux États-Unis. Tel un Thoreau contemporain, il nous donne à voir ce que nous risquons de perdre, entre mélancolie discrète et révolte passionnée.

  • Ecologiste ardent aussi bien dans ses textes de fiction que dans ses essais polémiques, Rick Bass nous offre un recueil de dix textes d'une veine délicate et puissante. De la nouvelle qui donne son titre à l'ensemble à celle qui retrouve le souvenir du raz-de-marée annuel dans le golfe du Mexique, sans oublier les pages dédiées aux inquiétants glissements de terrain dans les marnes, au premier cerf abattu par une jeune femme hantée par ses souvenirs d'enfance, ou encore à une rivière à la fois magique et polluée dans laquelle trois jeunes gens immergent un bathyscaphe de fortune, la Nature américaine, menacée et rebelle, est partout. Sans jamais se départir d'un certain humour et d'une conscience de la beauté, Rick Bass tend la même oreille attentive aux sourds mouvements telluriques qu'aux discrets tressaillements de la mémoire. Tout comme celle des pierres, la vie palpite, secrète, immémoriale et terriblement présente. Jusqu'à quand ?

  • La décimation

    Rick Bass

    • Points
    • 8 Avril 2010

    * Durant les débuts de la République du Texas (années 1840), deux jeunes gens
    de la campagne, pensant trouver la gloire, s'engagent sur un coup de tête et se
    portent volontaires pour une expédition à la frontière mexicaine. Mais les
    choses tournent mal, et les hommes sont capturés par l'armée mexicaine. Leurs
    rêves de grandeur militaire vont alors céder la place à des prières pour leur
    survie et leur retour au pays. * Né en 1958 au Texas, Rick Bass a grandi à
    Houston. Il est l'auteur d'une dizaine de livres, dont les recueils de
    nouvelles The Watch et In the Loyal Mountains. Le Sud profond et le Montana
    constituent les décors privilégiés de ses fictions. Il vit aujourd'hui avec sa
    famille dans une vallée sauvage du Montana.

  • Dans ce roman, Rick Bass rompt quelque peu avec une série d'ouvrages plus apparentés au genre du " nature writing " et retrace en fiction le parcours des Brown, un groupe de musique country qui a connu son heure de gloire dans les années 1960 aux États-Unis, croisant même le chemin d'Elvis Presley.
    Au début des années 1930, dans le sud de l'Arkansas, à Poplar Creek près de la frontière du Mississipi, Floyd Brown dirige une scierie. En plus des difficultés économiques qui touchent l'ensemble des États-Unis, les Brown sont confrontés à des problèmes domestiques : Floyd boit avec excès, travaille avec imprudence, et son fils cadet meurt accidentellement. Ses autres enfants, Maxine, Jim Ed et Bonnie, témoignent d'un talent musical exceptionnel. Plutôt que de jouer dans les bois, ils ont pris l'habitude de se produire dans les petits concerts et les " talent shows " du sud des États-Unis. Le frère et les deux soeurs se font bientôt connaître sous le nom de The Browns. Un impresario escroc, Fabor Robinson, leur fait signer un contrat auquel ils vont rester longtemps enchaînés. Ils connaissent un succès rapide. " Ils étaient aussi grands qu'Elvis ", à cause du son particulier de leurs voix, cet éclat soyeux et rauque forgé par la fumée provenant du travail des bucherons à proximité de chez eux, et un son qui prendrait le nom de 'Nashville Chrome' ", ou de " son Brown " comme le dit Elvis Presley dans le livre. Les années 1955 et 1956 sont glorieuses : ils commencent à gagner de l'argent mais restent proches de leurs racines et de leurs amis d'enfance, parmi lesquels un certain Elvis Presley qui s'est épris de la jolie Bonnie. Le groupe demeure populaire dans les années 1960, mais leur étoile commence à pâlir. En 1962, ils enregistrent une dernière chanson avec leur célèbre producteur, Chet Atkins.
    Au début des années 1970, les Browns se séparent. Jim Ed se lance alors dans une brillante carrière en solo. Bonnie quitte le trio et Elvis pour épouser un médecin avec qui elle s'installe dans une ferme. Maxine, se marie quant à elle à un avocat, Tommy Russel, qui ne cesse de la tromper. Au fil des années, Maxine ne peut renoncer à l'idée de renouer avec le succès. Elle s'efforce de continuer, affrontant des hauts et des bas, tout en sombrant progressivement dans l'alcool.
    Rick Bass alterne le récit du parcours brillant du trio Brown, " le groupe américain préféré des Beatles ", avec " la vie aujourd'hui " de Maxine Brown dans les années 2000. Cette dernière est devenue une vieille dame impotente, ne s'est jamais remise du déclin de sa carrière fulgurante et a fini par renoncer à l'alcool " pour ne rien manquer des derniers mois de sa vie. " Habitée par la fureur plus que par la nostalgie, elle ne supporte pas d'être oubliée de tous. Aussi " l'ancienne reine de la country " dépose-t-elle une annonce dans l'épicerie de son quartier. Elle recherche un cinéaste disposé à filmer " une célèbre artiste ". Jefferson, un enfant surdoué âgé de douze ans, y répond. Il entreprend patiemment de la filmer " pour acquérir une connaissance artistique de sa vie ". Lorsqu'il projette le film dans son lycée, Maxine accède finalement à une nouvelle reconnaissance, applaudie par un public de jeunes élèves.

  • Platte river

    Rick Bass

    C'est une vallée perdue dans les montagnes du Montana. Quelques habitants y vivent en paix à l'écart du monde, jusqu 'au jour où un prêcheur, Mahatma Joe, s'y installe avec son épouse esquimaude. Plus loin, voici un colosse qui remonte à la nage une rivière bouillonnant en tirant derrière lui un canoë chargé de statues de fonte. La nuit, des couples patinent sur la glace mince. Le lecteur de ces trois longues nouvelles découvrira aussi une forme délicate gelée au fond de la rivière, deux frères lanceurs de disque, un ancien joueur de football faisant le difficile apprentissage de la solitude : autant d'images proches du fantastique, par lesquelles Rick Bass crée une très séduisante mythologie personnelle.

  • Interweaving narratives of the residents of Midland, Texas, a widower, a spinster, a treasure hunter, and a local beauty with big dreams are all connected by place and human longing against a backdrop of greed, regret, and redemption.

  • Le journal des cinq saisons. Un titre en forme d'énigme qui reprend une réalité on ne peut plus tangible de la vie du Montana : entre la rudesse glaciale de l'hiver et l'explosion du printemps se glisse une cinquième saison, la " Saison brune " où les glaces ont déjà fondu pour se transformer en boue mais où la végétation n'a pas encore repris ses droits.
    Cet ouvrage est le témoignage le plus abouti et le plus mature que Rick Bass livre de sa vie dans la vallée du Yaak. De mois en mois il relate son quotidien dans un journal de bord personnel, mais jamais intime, parce qu'il écrit non pas seulement le compte-rendu minutieux de sa vie - des vicissitudes de la neige qu'il faut retirer du toit qui sinon pourrait s'effondrer à une lutte solitaire contre l'incendie qui menace sa maison, en passant par la chasse ou la pêche, les innombrables randonnées solitaires ou familiales, la recherche du parfait sapin de Noël..., mais aussi et surtout le récit d'un lieu. Devant le Yaak, l'écrivain s'efface, et sa parole attentive, volontiers détailliste, se fait poésie. Sans lyrisme pourtant, sans aucune grandiloquence, une poésie simple, travaillée par le quotidien, qui arrache par avance à l'oubli une terre menacée par l'exploitation forestière. Le propos n'est pas ici - au contraire d'autres textes - ouvertement militant, mais inexorablement descriptif et amoureux. On y comprend les mécanismes d'une disparition programmée, la chaîne des événements qui mènent de la rapacité aveugle à la destruction d'un des derniers fiefs de la nature sauvage aux États-Unis. Rick Bass chante aussi la vie : le plaisir sensuel de la marche, des cueillettes, du spectacle toujours renouvelé d'une vallée à l'écosystème incomparable. Il tisse par exemple des liens, inattendus et violemment suggestifs, entre les bois enchevêtrés des andouillers des cerfs et les branchages inextricables d'arbres millénaires ; ou entre l'incendie végétal des épervières qui dévorent le paysage et les feux de forêt... Tel un Thoreau contemporain, il nous donne à voir, il nous fait toucher du doigt ce que nous risquons de perdre, et la mélancolie discrète le dispute à l'indignation passionnée.

  • The first full-length novel by one of our finest fiction writers, Where the Sea Used to Be tells the story of a struggle between a father and his daughter for the souls of two men, Matthew and Wallis-his protégés, her lovers. Old Dudley is a Texan whose religion is oil, and in his fifty years of searching for it in Swan Valley he has destroyed a dozen geologists. Matthew is Dudley's most recent victim, but Wallis begins to uncover the dark mystery of Dudley's life. Each character, the wildlife, and the land itself are rendered with the vivid poetry that is that hallmark of Rick Bass's writing.

  • Acclaimed nature writer Rick Bass takes us on a journey into the Namib Desert to follow a group of poachers-turned-conservationists as they track the endangered black rhinos through their ancient and harsh African homeland.

  • Rick Bass's recent trio of novellas, Platte River, was hailed by the San Francisco Chronicle as "a major step in [his] climb to the top echelon of American fiction writers." Now, with this dazzling new collection, Bass establishes himself as a master of the short story. These tales embrace vibrant images of human life and exuberant explorations of the natural world. In the title story, a man remembers his youth in the Texas hill country when he participated in his uncle's raucous escapades, which have taken new shape and meaning by what has happened since. Although his work is grounded in reality, Bass's stories acquire fantastic proportions: enormous pigs charge through the streets and root beneath houses; a narrator meets a woman who runs up and down mountains; two wild boys converge deep in the woods to joust. Each of these ten stories is a mythical narrative celebrating the tentative, moving relationship between people and their environment.

  • The Wild Marsh is Rick Bass's most mature, full account of life in the Yaak and a crowning achievement in his celebrated career. It begins with his family settling in for the long Montana winter, and captures all the subtle harbingers of change that mark each passing month -- the initial cruel teasing of spring, the splendor and fecundity of summer, and the bittersweet memories evoked by fall.It is full of rich observation about what it takes to live in the valley -- ruggedness, improvisation and, of course, duct tape. The Wild Marsh is also tremendously poignant, especially when Bass reflects on what it means for his young daughters to grow up surrounded by the strangeness and wonder of nature. He shares with them the Yaak's little secrets -- where the huckleberries are best in a dry year, where to find a grizzly's claw marks in an old cedar -- and discovers that passing on this intimate local knowledge, the knowledge of home, is a kind of rare and valuable love.Bass emerges not just as a writer but as a father, a neighbor, and a gifted observer, uniquely able to bring us close to the drama and sanctity of small things, ensuring that though the wilderness is increasingly at risk, the voice of the wilderness will not disappear.

  • Late in 1959, the Brown siblings--Maxine, Bonnie, and Jim Ed--were enjoying unprecedented international success, rivaled only by their longtime friend Elvis Presley. They had a bona fide megahit on their hands, which topped both the country and pop charts and gave rise to the polished sound of the multibillion dollar country music industry we know today. Mesmerized by the Browns' haunting harmonies, the Beatles even tried to learn their secret. Their unique harmony, however, was only achievable through shared blood, and the trio's perfect pitch was honed by a childhood spent listening for the elusive pulse and tone of an impeccably tempered blade at their parent's Arkansas sawmill. But the Browns' celebrity couldn't survive the world changing around them, and the bonds of family began to fray along with the fame. Heartbreakingly, the novel jumps between the Browns' promising past and the present, which finds Maxine--once supremely confident and ravenous in her pursuit of applause--ailing and alone. As her world increasingly narrows, her hunger for just one more chance to secure her legacy only grows, as does her need for human connection. Lyrical and nuanced, Nashville Chrome hits all the right grace notes with its vivid evocation of an era in American music, while at its heart it is a wrenching meditation on the complexities of fame and of one family--forgotten yet utterly unforgettable when reclaimed by Bass--who experienced them firsthand.

  • At once expertly crafted and undeniably moving, these ten stories deftly explore our immutable connection with nature. The centerpiece of the collection is the arresting title story, in which a woman alone in her mountain cabin confronts a terminal illness. In the equally remarkable “Her First Elk,” the same character recalls her most memorable and significant hunting experience. Set in locations ranging from Montana to Texas to Mississippi, the remaining stories further illuminate the consequences of our attitudes toward the environment and each other. This masterly collection lays bare the essentials of life with unparalleled passion and grace.

  • The Yaak Valley of northwestern Montana is one of the last great wild places in the United States, a land of black bears and grizzlies, wolves and coyotes, bald and golden eagles, wolverine, lynx, marten, fisher, elk, and even a handful of humans. It is a land of magic, but its magic may not be enough to save it from the forces threatening it now. The Yaak does have one trick up its sleeve, though: a writer to give it voice. In Winter Rick Bass portrayed the wonder of living in the valley. In The Book of Yaak he captures the soul of the valley itself, and he shows how, if places like the Yaak are lost, we too are lost. Rick Bass has never been a writer to hold back, but The Book of Yaak is his most passionate book yet, a dramatic narrative of a man fighting to defend the place he loves.

empty